Denis Baupin: cinq nouveaux témoignages l’accusent

Le cas de Denis Baupin ne risque pas de s’arranger avec ces cinq nouveaux témoignages à charge, révélés lundi par France Inter et Mediapart. Gestes déplacés, SMS, brutalité parfois: les accusations contre l’ex vice-président de l’Assemblée Nationale sont édifiantes.

L’étau se resserre autourde Denis Baupin accusé de harcèlement sexuel. Début mai, plusieurs femmes avaient accepté de briser la loi du silence et témoigner contre les agissements du mari d’Emmanuelle Cosse, coupable de «gestes déplacés» et de textos graveleux à leur encontre. L’ancien membre d’EELV avait été obligé de démissionner de la vice-présidence de l’Assemblée Nationale et faisait l’objet d’une enquête préliminaire.

Mais de nouveaux faits et de nouveaux témoignages viennent alourdir un peu plus son dossier. Lundi matin, France Inter et Mediapart dévoilent en effet le récit de cinq autres femmes victimes du harcèlement sexuel de Denis Baupin. Geneviève Zdrojewski explique que les faits se sont déroulés entre 1997 et 1998, alors qu’elle était chef de bureau du cabinet de Dominique Voynet. «A deux reprises, monsieur Denis Baupin m’a sexuellement agressée» explique-t-elle. La première fois, elle était dans son bureau, porte ouverte, et Denis Baupin y est entré «de façon tout à fait inattendue». Geneviève Zdrojewski raconte: «Il s’est jeté sur moi, donc je me suis mise à crier. Il m’a dit: « arrête de crier, ta secrétaire va nous entendre ». Donc il est sorti». La deuxième fois s’est déroulée dans les toilettes. «Il m’a plaquée contre le mur, avec les mains sur mes seins et pour essayer de m’embrasser». Elle confie que «les deux fous, c’était brutal et sexuel». Elle regrette de ne pas en avoir parlé plus tôt et le fait aujourd’hui pour empêcher que Denis Baupin continue.

Une autre femme, sous couvert d’anonymat, raconte de son côté que lors d’un repas du collège exécutif des Verts, «il me faisait du pied. Il a même enlevé sa chaussure pour atteindre mon entrejambe». Plus tard, il a attiré la jeune femme et l’a agressée. «C’est une pieuvre qui m’a sauté dessus. Il a essayé de m’embrasser par tous les moyens. Je me suis débattue» déclare-t-elle.

Laurence Mermet, qui a travaillé sous la responsabilité de Denis Baupin, dit qu’il a eu son égard «un geste tout à fait déplacé», «une caresse sur la nuque», tandis qu’une autre femme parle d’«une bise» qu’il lui a faite «en appliquant sa main gauche sous mon sein droit». Un dernier témoignage, celui d’une jeune journaliste, parle de SMS insistants reçus de la part de Denis Baupin en décembre 2014.

L’époux d’Emmanuelle Cosse est déjà l’objet d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris. Ces nouveaux éléments devraient eux aussi être étudiés de près par les enquêteurs.

Crédits photos : ISA HARSIN/SIPA

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *