Michel Houellebecq se met au vert

Il devait faire un retour triomphal dans les librairies. Aidé par la polémique, Michel Houellebecq comptait vendre un bon nombre d’exemplaires de Soumission, son dernier roman : l’auteur a décidé d’en arrêter la promotion et de quitter Paris.

Il mentait. Michel Houellebecq mentait quand il disait, il y a quelques jours, « ne pas faire d’effort » pour éviter la polémique. S’il avait dit vrai, l’auteur aurait continué à assurer la promotion de son dernier roman Soumission – malgré les accusations d’islamophobie, et surtout malgré l’attaque terroriste contre Charlie Hebdo, qui a coûté la vie à 12 personnes mercredi matin.

« Michel Houellebecq quitte Paris pour se mettre au vert, à la neige », a déclaré son éditeur Flammarion. La « dernière rock star française » a en effet décidé de s’éloigner de Paris, et aussi des médias. « Il est profondément affecté par la mort de son ami Bernard Maris » souligne François Samuelson, agent de l’auteur qui ajoute que l’écrivain a préféré « suspendre la promotion » de Soumission.

Omniprésent sur la scène médiatique avant mercredi matin, Michel Houellebecq s’est en effet fait discret depuis l’attentat. Contrairement à la rumeur, il ne s’agissait pas pour lui de se mettre en sécurité : son agent a en effet précisé qu’il ne bénéficiait pas d’une protection policière. L’auteur aurait donc simplement pris conscience du côté délicat de sa position, et préféré s’effacer face à l’horreur. Il avait notamment été visé directement par Manuel Valls, qui l’avait pris en exemple des dérapages liant l’intégralité des musulmans aux terroristes : « La France, ça n’est pas Michel Houellebecq », a déclaré hier le Premier ministre.

Crédits photos : Abaca

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *