Armes à feu : le paradoxe néo-zélandais

Nos journalistes se sont rendus à Gun City, l’un des plus gros magasins d’armes de Nouvelle-Zélande, à Christchurch. À l’intérieur, des armes de chasse, des fusils semi-automatiques en vente libre. La Nouvelle-Zélande compte 1,5 million d’armes pour 5 millions d’habitants, soit une arme pour 4 habitants en moyenne. C’est l’un des taux les plus élevés du monde. Le taux de criminalité est pourtant très bas.Des armes non enregistréesPour pouvoir utiliser une arme, il faut une licence délivrée après une entrevue avec la police : “On m’a demandé si j’étais violent, si j’avais un casier judiciaire. On a interrogé ma compagne actuelle pour savoir si j’étais quelqu’un de violent. J’ai dû également faire appel à deux témoins de moralité qui me connaissait très bien”, raconte un homme qui vient d’acheter une arme. Mais certains reconnaissent que les contrôles sont insuffisants. Les armes ne sont d’ailleurs jamais enregistrées.Le JT

  • JT de 20h du dimanche 17 mars 2019 L’intégrale

Les autres sujets du JT

  • 1

    Champs-Élysées : l’avenue est sous le choc après les violences

  • 2

    Agence bancaire incendiée : le drame évité de peu

  • 3

    “Gilets jaunes” : le dispositif de sécurité en question

  • 4

    “Gilets jaunes” : comment mettre fin à l’escalade de la violence ?

  • 5

    Réseaux sociaux : la violence en libre accès?

  • 6

    VIDEO . Italie : des substances radioactives rares retrouvées lors de l’autopsie d’un mannequin, témoin dans l’affaire Berlusconi

  • 7

    Naufrage du “Grande America” : le compte à rebours est lancé

  • 8

    “Si un produit fonctionne ici, il marchera vraisemblablement partout” : Angers, une ville laboratoire pour les grandes marques

  • 9

    Togo : à Lomé, un marché vaudou où les sorciers promettent de tout soigner

Click Here: New Zealand rugby store

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *