Dès 3 ans, des horaires de coucher et de repas réguliers préviennent le risque d'obésité chez les pré-ados

Le lien établi entre manque de sommeil et obésité serait particulièrement significatif chez les enfants en bas âge, selon une nouvelle

étudeaméricaine, qui souligne l’importance dès 3 ans de se coucher et de dîner à heure régulière pour prévenir l’obésité à la préadolescence.

Le risque d'obésité augmente même quand les enfants ont une heure de coucher régulière "habituelle", par opposition "à toujours" la même.

L’objectif de cette étude, menée par des chercheurs de l’université de l’Ohio (États-Unis), était d’étudier l’impact de rythmes réguliers de sommeil et de repas chez des enfants en bas âge sur le risque d’obésité, une fois devenus adolescents. Les chercheurs ont analysé trois routines du soir suivies par des enfants de 3 ans : l’heure de coucher régulière, l’heure du repas régulière et la limitation de l’usage des écrans à une heure ou moins par jour.


L’étude a suivi 10.955 enfants nés au Royaume-Uni entre septembre 2000 et janvier 2002. À l’âge de 3 ans, 41% allaient au lit toujours à la même heure, 47% dînaient systématiquement à une heure régulière et 23% ont été limités à une heure ou moins de télévision ou de visionnage de vidéos. À l’âge de 11 ans, environ 6% étaient obèses.D’après les résultats, obtenus via des questionnaires remplis par les parents, les trois routines du soir ont été associées à une meilleure autorégulation émotionnelle chez ces enfants, avec l’évaluation notamment du sentiment de frustration et la surexcitation.Les enfants les plus instables au niveau émotionnel sont plus susceptibles d’être obèses plus tard dans la vie, selon l’étude.”Ces travaux nous permettent de mieux comprendre comment les routines chez les jeunes enfants autour du sommeil et des repas agissent sur la régulation de leurs émotions et leur comportement “, souligne Sarah Anderson, auteure de l’étude.Les conclusions de l’étude, publiée dans l’

International Journal of Obesity, incitent les parents à tenir un agenda strict, car le risque d’obésité augmente même quand les enfants ont une heure de coucher régulière “habituelle”, par opposition à “toujours” la même.Le risque était le plus élevé pour les enfants qui avaient le moins de régularité dans leurs heures de coucher, selon l’étude.De nombreuses recherches ont mis en évidence un risque de surpoids et d’obésité augmenté chez les personnes qui dormaient peu. Sous l’effet du manque de sommeil, on bouge moins, on grignote plus, en particulier des aliments sucrés ou riches en graisses.Click Here: cheap nrl jerseys

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *