Trois bébés sauvés grâce à l'impression 3D

Trois bébés atteints d’une malformation des voies respiratoires potentiellement fatale ont pu être sauvés grâce à l’impression3D. Cette technique a permis de créer des attelles bronchiques résorbables sur mesure, permettant d’aider ces enfants victime d’uneforme terminale de trachéobronchomalacie. Cette prouesse fera l’objet d’un essai clinique sur 30enfants.

Aujourd'hui âgé de 3 ans, Kaiba a été le premier enfant à pouvoir bénéficier de cette technique d'impression 3D.

Une malformation potentiellement fataleKaiba n’était qu’un nouveau-né lorsqu’il est devenu tout bleu parce que ses poumons ne recevaient plus l’oxygène nécessaire. Garrett a passé la première année de sa vie dans des lits d’hôpitaux attachés à un ventilateur, nourri par intraveineuse car son corps était trop malade pour absorber de la nourriture. Le cœur de Ian s’est arrêté avant ses 6 mois…Tous ces bébés sont atteints d’une forme terminale de trachéobronchomalacie. Cette affection entraîne un affaissement des voies aériennes durant la respiration et peut conduire à des arrêts cardiorespiratoires fatals. Malgré la

trachéotomie et la

ventilation mécanique, ces enfants souffraient encore d’arrêts respiratoires nécessitant des réanimations. Leur espérance de vie était alors réduite…

L’impression 3D pour une prise en charge innovanteMais ces trois bébés ont pu bénéficier d’une première mondiale : des prothèses sur-mesure capables de maintenir les bronches ouvertes. Des scanners scanners de la trachée et des bronches du bébé ont permis de réaliser un modèle informatique en 3 dimensions de ses voies respiratoires, à partir duquel des attelles bronchiques personnalisées ont été modélisées puis imprimées en 3D avec un polymère (polycaprolactone) résorbable.

Cet implant est conçu pour changer de forme en suivant la croissance de l’enfant, avant de se résorber finalement au bout de 3 ans lorsque la maladie est guérie. Opérés respectivement à 3, 16 et 5 mois, Kaiba, Garrett et Ian ont vu leur condition s’améliorer immédiatement et durablement, sans complication. Les 3 enfants ont pu rentrer chez eux pour la plus grande joie de leurs parents.

Un traitement potentiellement plus efficace et moins coûteux“Avant l’avènement de cette procédure, les bébés atteints de trachéobronchomalacie sévère avaient peu de chance de survivre. Aujourd’hui,

notre premier patient, Kaiba, est un petit écolier de 3 ans au brillant avenir. Le dispositif a mieux fonctionné que ce que nous pouvions imaginer. Nous avons pu répéter cette procédure avec succès et avons suivi les patients pour nous assurer que le procédé fonctionnait bien. Et nous avons trouvé que ce traitement constitue une option prometteuse pour ces enfants atteints d’une maladie mettant en péril leur vie et pour laquelle aucun traitement n’existait jusqu’alors“ explique le Dr Glenn Green, otolaryngologue à l’hôpital de l’Université du Michigan.Ces premiers résultats suggèrent que ce traitement permet de prévenir les complications de la maladie mais également celles des traitements conventionnels utilisés jusqu’alors comme la trachéostomie, la ventilation mécanique et l’hospitalisation prolongée. Le coût de cette technique d’impression 3D est bien inférieur aux traitements actuels. Ces données préliminaires prometteuses vont donner lieu à un premier essai clinique sur 30 enfants.David BêmeSources : Communiqué du C.S. Mott Children’s Hospital – 29 avril 2015Mitigation of tracheobronchomalacia with 3D-printed personalized medical devices in pediatric patients – Robert J. Morrisson et al. – Sci Transl Med 29 April 2015: Vol. 7, Issue 285, p. 285ra64 (

abstract accessible en ligne)Click Here: new zealand rugby team jerseys

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *