Ados, au dodo !

Quel parent ne s’est jamais plaint d’un ado qui traîne aulit, et n’émerge pas avant 11 heures le week-end ? Maisinutile de lui faire la morale sur ses sorties tardives ou essayerde le tirer du lit à l’aube : la grasse matinéeserait un phénomène biologique chez l’adolescent !C’est du moins la théorie de chercheurs allemands. Seloneux, il existe une variation des cycles du sommeil et des besoinsen fonction de l’âge. Pour en arriver à cetteconclusion, ils ont interrogé plus de 25 000 personnes de 8à 90 ans sur leurs habitudes et les heures de lever et decoucher. Et leur enquête a principalement montré queles enfants sont généralement deslève-tôt (au grand dam de leurs parents), puis,dès la puberté apparaît le besoin detraîner au lit et de faire des grasses matinées. Cettesomnolence matinale semble disparaître de manièreassez brutale aux alentours de 20 ans. Cette observation ne seraitpas à mettre sur le dos des sorties tardives : les ados nes’arrêtent pas de faire la fête le soir de leur 20eannée, au contraire ! Il s’agirait donc bel et bien d’unevariation biologique de la durée du sommeil. Les chercheursvont même plus loin, en affirmant que ce changement vers 20ans serait le marqueur de l’entrée dans l’âge adulte.Car selon eux, si la fin de la puberté est biendéfinie (autour de 16 ans pour les filles et 17 ans et demipour les garçons), personne n’a encoredéterminé un âge précis de fin del’adolescence. Ce changement des rythmes du sommeil marquerait doncla limite. Et si vous continuez à faire des grasses mat’,peut être refusez-vous tout simplement de grandir…Source : Curr Biol, décembre 2004 ; vol. 14 : p.1038-1039.Click Here: cheap nrl jerseys

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *