Polyarthrite rhumatoïde : le déca incriminé

Pour certaines personnes, renoncer au café apparaîtcomme un premier pas vers une meilleure hygiène de vie. Ehbien, deux études présentées lors du derniercongrès annuel de l’association américaine derhumatologie (ACR) pourraient bien vous faire regretterd’avoir remplacé votre petit noir par dudéca.
Deux équipes de chercheurs américains ontrelié la consommation de décaféinéà une augmentation du risque de polyarthriterhumatoïde. Résultats : la première étudeconclut à une multiplication du risque par 2,6 pour les plusgros consommateurs de décaféiné. La secondeest encore moins optimiste, une tasse dedécaféiné par jour quadruplerait cerisque…
Comme le déca, l’alcool et le tabac augmentent aussiles risques de faire une polyarthrite rhumatoïde.
Pour le thé, les avis divergent puisque l’une desétudes lui attribue un effet protecteur alors quel’autre le considère comme un facteur aggravant.
Chez les malades atteints de polyarthrite rhumatoïde,l’organisme ne reconnaît plus l’articulationcomme étant sienne et réagit contre elle,détruisant le cartilage et parfois les os ou les tendons.Aujourd’hui, en France, 400 000 personnes sontconcernées par cette maladie auto-immune, dont leslésions extrêmement douloureuses causent desdéformations plus ou moins invalidantes.Click Here: gws giants guernsey 2019

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *